Interview d'Aloisia Nidhead


Présentation auteur :
 

Aloïsia Nidhead est née en région parisienne en 1980 et a grandi en Normandie. Mère de famille, elle travaille dans la communication artistique. Après dix années passées dans le secteur industriel au sein d’un service marketing, elle choisit de donner une nouvelle orientation à sa carrière. Elle intègre en 2011 l’Institut des Technosciences de l’Information et de la Communication (ITIC) de Montpellier jusqu’à l’obtention d’un Master en Sciences du Langage. Autodidacte, elle se passionne pour la musique, la photographie et l’écriture. C’est par ailleurs cette dernière passion et de multiples (més)aventures qui lui donnèrent l’envie de composer avec les mots.
 
 
 
 
1- Depuis quand écrivez vous ?

J'écris depuis que je suis adolescente, cela à commencé avec des poèmes ou des petits textes lorsque j'étais au collège. C'était un moyen de m'évader lorsque je me sentais seule car je n'avais pas beaucoup d'amis. Par la suite j'ai tenté à plusieurs reprises d'écrire un roman, mais j'étais trop jeune, soit je n'en maîtrisais pas les codes, soit l'histoire tombait à plat. Toujours est­-il que je n'ai jamais osé montrer mes textes à personne. Plus tard, avec le travail, la vie de famille, j'ai délaissé tout cela jusqu'en 2010, lorsque j'ai décidé de reprendre mes études pour changer de secteur d'activité. Ce n'était pas une mince affaire de se replonger dans un travail de composition lors des partiels : organiser ses idées, faire un plan, j'avais un peu oublié tout cela. Peu à peu, le goût de l'écriture est revenu. Finalement, le déclic s'est produit lors du mémoire de recherches. C'est un travail titanesque ! A l'issue de l'année de Master, je me suis dit " Ok, si tu as réussi à écrire un mémoire et mener le projet à son terme, tu peux le faire pour un roman ".

2- A quel public s'adresse votre/vos livre(s) ?     

Sous son emprise s'adresse, dans la manière où l'histoire a été menée ­ c'est à dire avec un personnage féminin à la narration ­ à un public composé majoritairement de femmes. La plupart de mes lectrices, ou du moins celles qui m'ont contacté via les réseaux sociaux, sont soit d'anciennes victimes de violences psychologiques, soit elles ont dans leur entourage une personne qui a vécu ce type d'expérience malheureuse. Il y a également des personnes qui apprécient les romans psychologiques. A noter que la lecture du roman peut également être appréhendée par un public masculin, la violence conjugale peut être subi que l'on soit un homme ou une femme. Il est vrai que je débute en tant qu'auteure avec un thème fort, mais je ne veux pas être cantonnée à un type de roman en particulier. Par la suite, j'ai un projet de livre dans le thème de la Fantasy dont certains ont peut­-être déjà découvert les prémices sur Wattpad. Deux autres idées ont également vu le jour en cours d'année : une romance historique et un thriller, je les ai notées dans un coin en espérant pouvoir m'y consacrer pleinement. Quoiqu'il en soit, j'attache beaucoup d'importance dans la psychologie des personnages, surtout en ce qui concerne leurs interactions avec le monde qui les entoure (sans doute une déformation due à mes récentes études).

3- Quelles sont vos sources d'inspiration ?  
Pour la construction de mes personnages, au risque de soulever un cliché, j'observe beaucoup les gens autour de moi. Pas nécessairement ceux que je côtoie au quotidien mais aussi bien les passants, les familles au supermarché, etc. Internet est également une formidable source d'informations. Pour l'écriture de Sous son emprise, j'ai passé de nombreuses heures à lire les témoignages de victimes de violences conjugales. Non par voyeurisme mais pour me mettre à la place de ces personnes, pour comprendre ce qu'elles ont pu endurer. Et comme j'ai un caractère plutôt empathique, vous imaginez... Au niveau littérature, mes deux auteurs fétiches sont Agatha Christie et Guillaume Musso. Ce sont deux auteurs temporellement éloignés mais si proches dans leur façon de manier l'ambiguïté des personnages. Leur écriture me fascine
 
4- Sur quel(s) support(s) écrivez vous ? Papier ou numérique ?   

Les deux. J'ai toujours sur moi un cahier sur lequel je griffonne si une idée me vient subitement. La chronologie est également rédigée sur papier, c'est plus facile lorsque j'écris sur mon ordinateur d'avoir ces quelques notes près de moi pour la cohérence du texte.

5- Où et quand préférez vous écrire ?    

J'écris essentiellement le soir lorsque tout le monde est couché, le silence feutré de la nuit est une formidable source de concentration. Cela peut surprendre mais je travaille sur la table de ma cuisine, peut­-être parce qu'elle est la pièce centrale de la maison et que comme cela je ne donne pas l'impression de m'isoler du reste de la famille. S'ils ont besoin de moi, je ne suis pas enfermée dans mon bureau.

6- Combien de livre(s) avez vous publié pour l'instant ? 
Un seul, le premier tome de Sous son emprise est paru le 25 Juin de cette année. Je travaille actuellement sur le tome 2 qui devrait sortir en fin d'année.
 
7- Dans quelle(s) maison d'édition ?

Ce premier roman est sorti en auto édition. Dans le même temps j'ai démarché plusieurs maisons d'éditions. Les délais sont longs paraît­-il. De plus il y a de nombreux appelés pour peu d'élus. J'espère avoir la chance qu'un jour une maison m'accorde sa confiance. En attendant, je me débrouille par moi­-même.

8- Quel est votre rêve ?    

Faire de l'écriture mon activité principale, douce utopie. Non cela reste une passion que j'ai la chance de pouvoir exercer en parallèle de mon métier. Ce premier roman a vu le jour à la suite d'un reportage sur les violences conjugales qui m'a amené à réfléchir sur l'importance de l'emprise psychologique dans le " travail " de domination exercé. Alors si ce livre permet à d'anciennes victimes de faire le deuil de leur relation ou à d'autres de ne pas tomber dans le piège, alors mon ouvrage aura réussi sa mission. Voilà mon rêve.

9- En combien de temps écrivez vous un livre ?    

Il n'y a pas de délai type. Pour le premier tome, j'ai effectué des recherches pendant plus d'un an, puis presque autant pour rédiger le plan et écrire le roman. C'était le premier, j'ai avancé à tâtons. L'écriture du second tome prendra moins de temps : parce que je suis déjà plongée dans l'histoire et que la psychologie de mes personnages a été définie bien en amont (même si elle a tendance à évoluer au fil de l'écriture).

10- Trouvez-vous qu'écrire soit difficile ?

Non si l'on a un minimum de curiosité, du temps, des idées et de la méthodologie. Pour certains c'est peut-­être inné, personnellement il m'aura fallu beaucoup d'entraînement et le courage de me lancer.

11- N'avez vous pas peur des réactions lors de la lecture de vos livres ?  
Je pense que l'on ressent une sorte d'appréhension au moment de confier la lecture de son ouvrage à quelqu'un. On y a travaillé pendant des mois, c'est devenu notre bébé. Après il faut accepter de se lancer et de prendre des risques sans quoi il sera difficile d'avancer.

12- Quelles sont les réactions de vos lecteurs qui vous ont le plus touchée et celles qui vous ont le plus énervée ? 
Une lectrice m'a récemment avoué qu'elle se reconnaissait à travers l'héroïne de mon roman, que cela lui permettait de comprendre comment sa vie amoureuse avait pu se détériorer au point de devenir conflictuelle. Elle m'a remercié de lui donner la force de prendre du recul, j'en ai eu les larmes aux yeux. Une autre lectrice a cru reconnaître dans mon roman la même trame que 50 nuances de Grey et on m'a également reproché d'érotiser l'image de la femme. Cela m'a contrarié dans le sens où les deux histoires ne sont vraiment pas semblables. Il n'est absolument pas question ici d'érotisation de la personne au contraire plutôt une volonté de s'affranchir des idées préconçues
 

13 - Un petit mot pour vos lecteurs ? :D 
Merci à vous, chers lecteurs pour tous vos petits mots d'encouragement, vos témoignages et vos partages sur les réseaux sociaux et lors des rencontres au gré des salons et séances de dédicaces.

 

Retrouvez aussi Aloisia sur son site ! :)

Interview

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×